La nuit du cœur de Attita Hino : L’autre versant du cœur humain


La nuit du cœur est un recueil de six nouvelles ayant pour fil conducteur le thème de l’amour et ses corollaires. Le morphème « nuit » du titre dont la connotation négative ne fait l’ombre d’aucun doute, nous installe dans une atmosphère angoissante voire inquiétante.


Cet ouvrage est une véritable descente dans les tréfonds inexploités du cœur humain, là où se forgent les émotions les plus inattendues. Au royaume de Cupidon, tout n’est pas que soleil. Nous en voulons pour preuves les récits de ce recueil. Les personnages mis en scène ici se battent pour changer leur destin par tous les moyens. Tous les coups sont permis. Les apparences sont trompeuses.


Donnée en mariage à un polygame, Bintou doit accepter cet esclavage qui ne dit pas son nom. Mais déterminée à jouir de sa liberté, elle brise les chaînes de la servitude par le biais de l’instruction. Quant à Balognon comme guidé par un démon entretient des rapports incestueux avec sa fille jusqu’à ce que son épouse les prenne en flagrant délit. Là, Sylvie, pour prendre en otage le cœur de Paul, est déterminée à lui donner un enfant. De ses infidélités, elle prend une grossesse mais donne naissance à un bébé blanc. Ici, Clémentine après cinq ans de patience doit connaitre les joies d’une cérémonie de mariage avec Emmanuel revenu au bercail. Malheureusement, ce dernier est envoûté par Rockia et ne se présente pas sur les lieux. Dans une autre nouvelle : des relations entre Désiré Kapet et Marie Louise, s’ensuit une grossesse à la grande joie du jeune homme mais la jeune fille n’entend pas les choses de la même oreille. Elle tente de faire un avortement mais le fœtus résiste. Finalement, elle donne vie à un bébé qui n’a  ni sexe ni bras.


Comme on le constate bien, nous sommes en plein délire. Toutes les histoires d’amour sont comme frappées de malédiction. Les attentes sont déçues, les destins sont saucissonnés. Il faut s’en convaincre une fois pour toutes : dans le cœur il n’y a pas que joie et sourire. Le siège des sentiments connait ses moments de nuit et d’orage, de douleur et de chagrin. Ce recueil illustre bien cette vérité à travers des récits surprenants. Dans « Destin défiguré », la seule nouvelle en marge de l’amour, Gnessoi, le personnage principal, voit, suite à la trahison de l’un de ses amis, son avenir assombri.


Attita Hino, par des coups de plume impitoyables, fait perdre leurs illusions à tous les rêveurs, à tous ceux qui attendent tirer de l’amour tout son miel. Les relations humaines sont complexes dès lors que le cœur est sollicité. Les histoires sont bouleversantes, les narrations sont bien menées. Le suspens, le rythme et l’émotion sont au rendez-vous. Certes, toutes les chutes de ce recueil ne répondent ne surprennent pas toujours mais elles ont l’avantage de mettre en branle la réflexion. Le projet n’est pas d’effaroucher le lecteur, mais de lui ouvrir les yeux sur l’autre versant des relations humaines.


Le recueil de nouvelles La nuit du cœur d’Attita Hino est une mine d’enseignements sur les relations interhumaines et surtout sur l’amour. Lorsqu’on a fini de le parcourir, on s’accorde pour dire avec Khalil Gibran qu’autant l’amour couronne, autant il crucifie.

 

Attita Hino, La nuit du cœur, nouvelles, Nei-Ceda, 2017