ORAISON FUNÈBRE POUR SOILE CHEICK AMIDOU


Madame La Ministre de l’Education Nationale,

Chers parents et amis de Soilé Cheick Amidou

Chers confrères, chères consœurs,

Amis et Professionnels du Livre,

Mesdames et Messieurs,

Par ma voix, l’Association des Ecrivains de Côte d’Ivoire, voudrait rendre un premier hommage à Soilé Cheick Amidou, l’un des membres les plus actifs et les plus influents de notre Association. J’ai dit premier hommage car dans les semaines à venir l’AECI projette d’organiser une cérémonie en son honneur.

La mort de Cheick Amidou a créé un émoi sans précédent dans les rangs des écrivains. Animateur de la vie littéraire de ce pays, promoteur infatigable du livre, écrivain, la disparition brutale du Sultan a été interprétée par tous comme une symphonie achevée. Un Rêve brisé. Tel est d’ailleurs, à peu près, le titre de son dernier livre.

Cheick n’était point malade. Il était encore armé de toutes ses dents. Il est entré selon le mot de l’écrivain Joël Oura, « vivant dans la mort ». On a tous pensé que la funeste nouvelle tombée comme la lame d’un couperet sur nos cœurs la nuit du 15 août, allait, au fur des heures, être démentie. Hélas, la réalité implacable et impitoyable, s’est imposée à nous. Ni nos larmes, ni nos soupirs n’ont pu arracher à la faucheuse la proie qu’il avait déjà broyée.

Le poète français Malherbe ne pensait pas si bien dire, lorsqu’il écrivait ces vers douloureux :

« La mort a des rigueurs, à nulle autre pareille – on l’a beau prier- la cruelle qu’elle est se bouche les oreilles et nus laisse crier »

Mesdames et messieurs,

Que dire à cet instant quand celui qui nous quitte est mon alter ego ? J’étais trop proche de lui pour le voir par des yeux plus attentifs et attentionnés surtout lorsque rien, absolument rien n’augurait qu’un jour j’allais me soumettre à ce douloureux rituel.

Et pourtant je ne peux ne pas dire un mot à quelques heures de l’insupportable séparation. Cette tâche ardue je l’accomplis certes en tant que Président de l’Association des Ecrivains de Côte d’Ivoire mais aussi parce que celui qui nous réunit ici est mon ami, mon frère, mon ami-frère, selon ses propres mots.

Mon devoir est de taire ma douleur et mes pleurs afin que l’hommage que mérite ce serviteur du livre soit à la mesure de son talent et de son engagement.

Soilé Cheick Amidou dit SCA est né le 06 mai 1967 à Gagnoa. Il est père de cinq enfants dont 3 garçons et 2 filles. Normalien intransigeant, Soilé Cheick se réclamait de l’école du Bon Usage comme l’enseigne Grevisse et de la Grammaire Générative Transformationnelle à la source de laquelle il a bu auprès des enseignants chevronnés de l’ENS de la belle époque.

Après avoir été enseignant de lettres modernes craie en main pendant deux décennies, il fut détaché à la Direction de la Vie Scolaire comme chargé d’études au service Projets et Planification en 2014. En 2017, il fut promu chargé d’études au Cabinet du Ministre de l’Education Nationale.

Membre du Bureau Exécutif de l’AECI, il occupait avec bonheur le poste de Premier Secrétaire à la Communication.

Soilé Cheick Amidou était un passionné. Sa vie toute entière rimait avec engagement, don de soi et sacrifice. Généreux, il ne donnait pas seulement avec facilité, mais il se donnait entièrement sans rien attendre en retour. C’était un homme de conviction et de devoir. Lorsqu’il croyait en un idéal, il allait aux charbons quels qu’en soient les risques.

Brûlant du désir de servir, il était un homme entier. Soit il faisait, soit il ne faisait pas. Soit il allait, soit il n’allait pas. Son NON était NON. Son OUI était OUI. Avec lui point de demi-mesure.

D’une honnêteté incroyable, il se méfiait des compromis et se gardait de se compromettre. Quand il s’engageait pour une cause, il allait jusqu’au bout. Autant il avait le commerce chaleureux, autant il se montrait rugueux dans ses propos lorsqu’on lui manquait du respect. De loin, il était vu comme un homme difficile voire caractériel, mais en réalité, Cheick était un homme de grand cœur.  Derrière cette carapace de dur à cuir, se cachait un homme d’une sensibilité extrême. Il ne supportait pas la souffrance autour de lui et abhorrait l’injustice sous toutes ses formes.

Dans le milieu des écrivains et du livre, il ne passait pas inaperçu tant sa soif de voir triompher les belles lettres était forte et sincère. Critique et chroniqueur littéraire, il dévorait les livres quotidiennement pour en produire un commentaire. Lorsqu’un livre rencontrait favorablement son appréciation, il se battait, par tous les moyens, pour le mettre en lumière.

Il était à tous les rendez-vous où le livre était célébré. Il allait de cérémonie en cérémonie, de dédicace en dédicace comme pour rattraper toutes les faims qu’il n’ pas pu assouvir lorsqu’il était en fonction à Vavoua.

Des quotidiens Le Nouveau Courrier à Nord Sud en passant par les magazines en ligne comme 100 pour 100 Culture et La Generale de presse, ou à la radio Cocody FM, Soilé a laissé le souvenir d’une belle et rigoureuse plume. Auteur d’une cinquantaine de chroniques littéraires et de notes de lecture, il s’est imposé comme un promoteur authentique du livre. Sa page facebook est un lieu où textes et images font la fête au livre et aux écrivains.

Consultant littéraire, lecteur et correcteur, il a offert ses services à diverses maisons d’édition dont Fupa éditions, Les classiques ivoiriens et les Editions Eden. Fort en grammaire et puriste de la langue, il prenait plaisir à traquer les fautes partout où il les découvrait. Il passait au crible les affiches, les courriers, les annonces dénonçant les mauvais usages et les fautes de langue avec une régularité impressionnante. Provocateur et impitoyable, il était une sorte de fondamentaliste et de gardien de la langue française. Il éprouvait une sainte aversion pour les abréviations et ce que l’on appelle  le langage des tics.

Poète et nouvelliste, il est l’auteur de Envoûtement (poésie), Rêves brisés (nouvelles) et co-auteur de Saisons Torrides (nouvelles) et La pluie a d’abord été gouttes d’eau (poésie).

Si la production littéraire de Soilé n’est pas assez fournie c’est parce qu’il passait plus son temps à lire et à corriger la production de ses pairs. Cependant, ses livres sont toujours écrits avec rigueur. Rêves Brisés est certainement un des recueils de nouvelles de référence du patrimoine littéraire ivoirien. Nouvelliste mais surtout poète, après Envoûtements, son premier livre édité au Canada, Cheick projetait depuis des années de publier Emeraude un recueil de poèmes qu’il n’a jamais cessé de corriger, tant il était obsédé à le parfaire.

Mesdames et Messieurs,

Vous comprenez pourquoi l’émoi est si grand dans la communauté du livre. La mort, en nous arrachant Soilé Cheick Amidou, nous a arraché une étoile. Au milieu d’une époque si portée vers l’accumulation matérielle et le gain facile, Soilé fut un héros. Il laisse dans notre esprit l’image d’une buche en combustion condamnée heureusement à ne jamais s’éteindre. Par la mort, il entre dans l’éternité.

Mon ami-frère,

Que le chemin qui te mène dans le royaume du Saint-Père soit paré de mots et de livres ! Je te salue Cheick !