La rentrée littéraire 2019 de l'AECI vue par Monsieur Valentin Zahui-Degbout

Excellente rentrée littéraire à l'AECI !!!
Un lieu approprié, crédible : la bibliothèque nationale sise au Plateau. Ce samedi 23/2/2019, l'Association des Écrivains de Côte d'Ivoire a investi cette place symbolique de culture pour sa rentrée solennelle. Des associations soeurs invitées : celles du Gabon et la Guyane. Un peu plus de trois heures à écouter, apprécier, échanger avec des (inter)locuteurs qui respectent la langue française. Dans ses règles et exigences. Des femmes et hommes de lettres, des acteurs de l'industrie du livre, des amis et amoureux du livre. Tout le monde ou presque était du rendez-vous. Un excellent moment de 'désintoxication psychologique' comme le dirait la marraine du jour, Madame Odile Pohann connue pour son activisme (au sens noble du terme) en faveur des causes d'intérêt public. Le président Macaire Etty, au cours de cette 3e rentrée de sa mandature, a mis un point d'honneur à sensibiliser ses consœurs et confrères. En effet, pour lui, les écrivains de ce pays doivent prendre toute leur place relativement à leur rôle essentiel d'éveilleurs de conscience. Animer la vie littéraire - Prendre part au débat public - Édifier, expliquer et éclairer les masses populaires, telles sont les missions majeures des écrivains, membres de la corporation des intellectuels du pays de par leur statut, estime encore Monsieur Etty.
Le livre et les belles lettres étaient magnifiquement à l'honneur avec des prises de paroles, des tableaux artistiques de haut vol. Par ces temps de médiocrité ambiante prégnante, j'avoue que ce moment m'a procuré un bien-être psycho émotionnel inhabituel, inouï. Un moment de qualité exquise à vivre et revivre sans modération. Pour autant qu'il nous sort de cet environnement fait d'inculture, d'indigence et d'inélégance du propos et de l'écriture.
Chapeau bas donc au président Etty et à tous les acteurs de livre et de la littérature dans notre pays. Comme il l'a souhaité à juste titre, tous les efforts idoines doivent être consentis à l'effet de positionner ce très beau pays comme un GÉANT LITTÉRAIRE à l'instar du pays frère qu'est le Sénégal. Les ressources humaines de qualité existent qui n'attendent que le soutien institutionnel salvateur.
A titre personnel, j'ai chaleureusement eu le sentiment que cette famille des écrivains était mienne. Merci encore Monsieur le président de votre estime constante et surtout de cette invitation fraternelle.
Vive l'AECI, vive le livre !!! .....
Valentin Zahui-Degbout