Partenariat économique après le Coronavirus: Le Pr. Thiémélé Boa se prononce


‘’Reconstituer le corps glorieux d’Osiris’’, paru le 15 avril dernier. C’est le titre du livre-entretien du Professeur Thiémélé Ramsès Boa du département de philosophie de l’Université Felix Houphouët-Boigny de Cocody. L’ouvrage est le fruit d’un échange entre le philosophe et l’actuel président de l’association des écrivains de Côte d’Ivoire, Etty Macaire. Il est paru aux éditions ‘’Kamit’’ au moment où le Coronavirus (Covid-19) bat son plein partout dans le monde entier. 


Au cours d’une interview accordée à Notre Voie par téléphone, le dimanche 19 avril 2020, relativement à cet ouvrage, le penseur a appelé les dirigeants du continent africain  à une révision de leurs partenariats après cette maladie. «Nous avons en Afrique à choisir les bons partenaires stratégiques» a-t-il conseillé. Sa prise de position n’est pas sans justifications.


«Le Covid-19 va redistribuer les cartes de la géopolitique puisque désormais la Chine, la Russie et le Cuba se présentent comme des acteurs incontournables d’une nouvelle puissance vertueuse», a-t-il revelé. Notre interlocuteur appelle à la domination de cette crise sanitaire. «Le confinement physique n’équivaut pas au confinement mental. Il faut même combattre la torpeur mentale dans laquelle le confinement risque de nous plonger» ,a fait remarquer le chercheur. Il a par la suite clarifié sa position par rapport au Covid-19. « Le Coronavirus nous renvoie à notre humanité et à la simplicité de la vie», a-t-il dit.


 Le Professeur a déjà une idée des nouveaux comportements qui vont naitre sur le continent africain après cette crise sanitaire. «Plus rien ne sera comme avant. Se serrer les mains, pratique occidentale de sociabilité et de convivialité sera sûrement abandonnée. Les personnes âgées, les plus fragiles au Coronavirus seront stigmatisées davantage. Il va falloir installer des microphones dans nos salles de cours à l’Université où les professeurs ont tendance à jeter des postillons sur les étudiants au premier rang» ,a-t-il avoué.


L’enseignant-chercheur exhorte à la culture de l’esprit malgré cette pandémie. « La distanciation sociale ne nous empêche pas de faire des courses tout en respectant les consignes sanitaires. L’esprit a besoin d’être nourri aussi. Certaines librairies sont ouvertes. Enfin, il existe des structures de livraison de colis à domicile» a-t-il continué. 


La nouvelle trouvaille philosophique du Professeur Thiémélé Boa Ramsès compte au total 196 pages et est subdivisée en VIII rubriques. Les premières rubriques sont intitulées respectivement vie familiale, philosophie, Cheikh Anta Diop. Les autres parlent de l’ivoirité, du concept de ‘’dégaoutique’’, sorcellerie et sciences occultes. Les dernières rubriques traitent de la vocation de l’intellectuel, du développement et de l’indépendance de l’Afrique puis du panafricanisme et de l’afrocentricité. Mais il est à noter que le philosophe est loin de renoncer à l’écriture dans les prochains jours. « D’autres ouvrages sont en chantier. L’inspiration vient de la vie elle-même. Tant qu’on vit, on est poussé à la réflexion à la fois par nécessité vitale et par obligation morale», a-t-il mentionné.


  L’engagement du Professeur Thiémélé Ramsès Boa de toujours écrire des ouvrages répond à des objectifs clairs. « Il faut témoigner aussi pour que les générations à venir sachent le chemin parcouru par les devanciers et les sillons qu’elles auront à tracer. Nous ne nous sommes pas égarés parce que nos devanciers ont laissé des traces» a-t-il conclu.


Doumbia Namory
Notre Voie